BIO

Charles-Antoine Blais Métivier est un artiste multidisciplinaire originaire de la ville de Sherbrooke, vivant et travaillant principalement à Montréal. Comme plusieurs, il est né dans les années 80.
Il détient une Maîtrise en Arts Visuels et Médiatique de l’Université du Québec à Montréal. Ses oeuvres ont été présentées dans une brochette d'expositions solo et collectives à travers le Québec, mais aussi en Italie, France, en Russie, au Canada, ainsi que dans une téléréalité plus ou moins populaire sur le Canal Évasion. Ses oeuvres font partie de collections privées et institutionnelles.

Charles-Antoine est aussi l'un des initiateurs du projet After Faceb00k en compagnie de Serge-Olivier Rondeau.

INSTAGRAM

Toute similitude avec l’un des membres de ce collectif est purement fortuite.

DÉMARCHE

L’effervescence des nouvelles technologies, telles que les écrans tactiles, l’internet et les réseaux-sociaux, sont en train de redéfinir plusieurs grands paradigmes de notre culture visuelle. En effet, l’accessibilité aux caméras personnelles, ainsi que la démocratisation des logiciels de post-production, offrent désormais à tous les citoyens de l’univers branché de communiquer par l’entremise d’images (photographies, captures d’écran, emojis, memes) qu’ils ou elles fabriquent. Cette nouvelle production visuelle est rendue possible grâce à des outils, des interfaces et des plateformes privées, que l’humain apprivoise et intègre au gré de ses interactions sociales quotidiennes.

Je m’intéresse aux rapports intimes qui se tissent entre l’humain et la technologie. Celui-ci se manifeste par un langage visuel en constante évolution, et une présence croissante de protocoles qui encadrent cette nouvelle production d’images.

C’est en déambulant dans le web ou dans mon environnement immédiat que sont effectuées d’importantes collectes de matériel visuel (photos, blogue vidéo, affiches, etc). Puis, en m’inspirant de méthodes d’analyses empruntées à la sociologie, et à l’anthropologie, des mises en commun formelles ou typologiques sont réalisées afin de dégager les similarités récurrentes de cette nouvelle production visuelle.

Ces cadres méthodologiques, à la fois dans la collecte, le traitement ou l'analyse des images, parviennent à révéler les modes de conception de la communication visuelle qui font désormais partie intégrante de l’inconscient collectif. Malgré l'apparente banalité ou même absurdité des phénomènes observés, la collecte et l’analyse de ces corpus d’images suggère des stratégies de détournement pouvant mener à la réalisation d’oeuvres sculpturales, d’installations, et de manœuvres infiltrantes.